Les nouveautés sur la pollution dans le contrôle technique concerne uniquement les véhicules diésel. Le test réalisé depuis le début des contrôles de pollution se nomme « Opacité ». Ce test d’opacité permet de connaitre la quantité de particules sur un volume à la sortie de l’échappement. Son unité est le m-1.

Deux changements se sont produits : le premier le 1er janvier 2019 et le second le 1er juillet 2019.

Le premier changement a été un changement de méthode de la mesure de l’opacité et un changement de limite de pollution.

Pour la méthode de pollution, depuis le 1er juillet 2019, les tests sont différents. Depuis cette date, pour la mesure, le régime maximal du moteur doit être atteint, on l’appelle le régime de régulation. Pour se faire, le banc de pollution vérifie le nombre de tours par minute du moteur et s’il n’est pas suffisant, l’accélération est redemandée. Le test se mesure sur deux accélérations si les mesures sont bonnes, et jusqu’à sept accélérations, si les mesures ne sont pas fiables. Avec cette méthode, vous entendrez votre moteur vrombir plus qu’avant. Il est donc important de faire régulièrement l’entretien de son véhicule.

En ce qui concerne les limites de pollution, au 1er janvier 2019 elles ont augmentées. Par exemple, Les véhicules turbo de 1ère immatriculation avant août 2018 sont passés de 3 m-1 à 3.8 m-1. Après le 1er janvier 2019, les véhicules pouvaient polluer plus, mais ce jusqu’au 1er juillet 2019.

Le deuxième changement s’est appliqué le 1er juillet 2019 où les limites de pollution ont baissé considérablement. Depuis cette date les limites ne sont plus en fonction de l’année du véhicule ni de sa conception (turbo ou atmosphérique) mais en fonction des déclarations du constructeur et diffèrent avec le type du véhicule. Ces données peuvent-être inscrites sur le véhicule mais sont surtout visibles informatiquement par le contrôleur. Par exemple une Renault Clio de 2012 avait comme limite de pollution à 1.5 m-1 avant le 1er janvier 2019, 1.8 m-1 après le 1er janvier 2019, et maintenant 0.51 m-1 depuis le 1er juillet 2019 soit une limite trois fois moins élevée.

Vous l’aurez compris, beaucoup de changements ont été effectués depuis le 1er janvier 2019, des limites augmenté légèrement puis diminuées brutalement, ainsi qu’une précision accrue sur les mesures. Néanmoins, l’augmentation des contre-visites concernant la pollution n’a pas été remarquée depuis le 1er juillet 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *